Joël Brisse, Biographie

Joël Brisse, peintre, cinéaste et scénariste né à Vichy en 1953.

Après des études aux beaux-arts de Clermont-Ferrand il s'installe en 1979 dans le quartier de la Bastille à Paris. Il enseigne le dessin et est brièvement illustrateur. Il rencontre le critique d'art Egídio Álvaro qui l'expose dans sa galerie parisienne Diagonale puis l’invite en 1981 et 1982 à participer aux rencontres Alternativa à Lisbonne. Il fait partie de Zig Zag dans la savane, groupe d’artistes transdisciplinaires qui intervient dans des lieux désaffectés à Paris. En 1985 Bernard Lamarche-Vadel montre son travail à la Galerie Claudine Bréguet. Il expose à la galerie Site Art Présent de Raymond Cordier et à la Carson Street Gallery à Pittsburg. Il peint et utilise aussi le zinc comme matériau pour des bas-reliefs qui sont le sujet d’un article de Gérald Gassiot-Talabot dans Opus international. Ses zincs sont présentés à la Chapelle de la Salpêtrière en 1990, exposition avec le groupe "A UA CRAG" puis à la galerie Bercovy-Fugier. Il expose ensuite à la galerie Philippe Gravier jusqu’au milieu des années 1990. En 1996 Éric Danel l’accueille à la manufacture des Œillets où trois ans plus tard il réalise Palude, peinture gigantesque de 5m x 5m qui annonce sa série les reflets.

​En 1997 il tourne un premier film, Les pinces à linge avec Melchior Derouet qui reçoit de nombreux prix. Suivront plusieurs réalisations : Le songe de Constantin avec Nathalie Richard et Olivier Torres en 1998, La pomme, la figue et l’amande avec Zinedine Soualem et Christine Murillo en 1999, La gardienne du B avec Alexia Monduit en 2000 et en 2001 La fin du règne animal, long-métrage co-réalisé avec Marie Vermillard.

Mais Joël Brisse ne délaisse jamais la peinture et une rétrospective lui est consacrée à l’Espace Paul Ricard en 1998. En 1999 il est invité par Olivier Delavallade à participer à l’Art dans les chapelles. En 2003 sa série Kimono est exposée par Nathalie Gaillard au Bastille Design Center. Puis en 2009 Suite parlée nouvelle co-réalisation avec Marie Vermillard. La même année le Musée d'Art Roger Quilliot de Clermont-Ferrand lui dédie une grande exposition intitulée L’Habit rouge et publie un catalogue avec les textes de Laurence Debecque-Michel et Laurent Roth. En 2010, la galerie de l’IUFM à Lyon montre ses vues aériennes. Il participe en 2012 à une résidence à Cotonou suivie d’une grande exposition avec de nombreux artistes béninois. Il retrouve Marie Vermillard pour une exposition, Dormeurs-dormeuses, organisée par Philippe Chat à la Halle Roublot à Fontenay-sous-Bois. En 2013 exposition Galerie Duboys, co-réalisation avec marie Vermillard du film Les oliviers, suite de La pomme, la figue et l’amande avec les mêmes acteurs douze ans après. Cette même année le centre culturel français de Tlemcen les convie tous les deux à un workshop avec des artistes algériens. En 2017 il peint Le jardin des oliviers pour l’exposition Passion(s) proposée par Thierry Diers au Centre d’art sacré de Lille.

Aujourd'hui, il travaille avec RNG Art-Conseil, la galerie Duboys, la Kahn Gallery de Londres et avec C2art.

Ses œuvres sont présentes dans des collections privées et publiques, FRAC Val-de-Marne, FRAC Île-de-France, Fonds National d'Art Contemporain, Musée d’Art Roger Quilliot, Musée Bernard D’agesci, Ville de Paris, Fondation Ricard, Fondation Coffim, etc…