• CAMPREDON centre d'art

Claudio Parmiggiani : l'héritage d'un des artistes les plus importants de notre époque

Dernière mise à jour : 29 sept.

LAURENT DELAIRE

Exposition « Ces blancs que je creuse » du 2 juillet au 2 octobre 2022




Dans son exposition « Ces blancs que je creuse », Laurent Delaire propose trois chapitres : des peintures monochromes, des empreintes par frottage et des écritures asémiques. Parmi les artistes qui influencent sa pratique, on retrouve Claudio Parmiggiani, l'un des artistes italien les plus importants de notre époque.




Installation Ils devenaient tous des ombres, Laurent Delaire



Claudio Parmiggiani, génie du non-lieu


Claudio Parmiggiani est un artiste plasticien rattaché au mouvement italien de l'Arte Povera qui s'est imposé dans l'art contemporain en développant une poétique personnelle associant littérature, philosophie, mythologie et alchimie.


Né en 1943 à Luzzara (Emilie) en Italie, Claudio Parmiggiani s’impose dans l’art contemporain pour ses œuvres expérimentales évoquant le souvenir, la souffrance, la mélancolie ou la méditation, qu’il exprime sous la forme de peintures, sculptures et installations. Quel que soit le matériaux utilisé, poussière, fumée ou bronze, l’art de Claudio Parmiggiani dévoile de manière subtile le monde, poétique et mystérieux. La série Delocazione, initiée dans les années 1970, contribue à sa renommée. Certains parlent même de son chef-d’œuvre. Pour réaliser cette installation signifiant « déménagement » en français, l’artiste a déposé des objets dans une pièce puis allumé un feu de pneumatiques et de couvertures libérant alors une épaisse fumée. Le génie du non-lieu a par la suite retiré les objets, laissant apparaître leurs empreintes. On parle ici de « négatifs ».


Les travaux de Claudio Parmiggiani sont conservés dans des musées de renommée internationale : Centre Pompidou et Fondation Cartier Paris, Galleria d'Arte Moderna Bologna, Museum of Modern Art Tel Aviv, Stedelijk Museum Amsterdam, Musée d’Art moderne Montréal, Musée d'Art moderne Marseille, Musée des Beaux-Arts Lyon, Strasbourg, Mamco Genève, etc.



« Qu’il use pour la réalisation de ses œuvres du mercure ou de l’or, de la terre ou du fer, de la poussière ou de la suie, il agit en véritable alchimiste, évoluant du simple au sublime, de l’élémentaire au métaphysique » - Claudio Parmiggiani, sculpture d'ombre (Actes Sud)


A l’instar de Claudio Parmiggiani, Laurent Delaire s’interroge sur les thématiques de la disparition, de l’oubli et des souvenirs, notamment dans son installation immersive « Ils devenaient tous des ombres ». Celle-ci crée une porosité entre le réel et l’imaginaire dont la traversée génère un souffle animant subtilement ces images suspendues. Le spectateur devient acteur au sein d’un intérieur domestique et familier, comme un instant de vie, lors d’un diner ou dans une chambre, laissés en suspens.



Aperçu de l'installation Ils devenaient tous des ombres de Laurent Delaire au centre d'art Campredon du 2 juillet au 2 octobre 2022



Bien que leur technique diffère, les deux plasticiens mènent tous deux une réflexion sur l’impermanence de notre condition, sur le temps et ses effets. L’empreinte est au cœur de l’œuvre, que ce soit dans Delocazione de Claudio Parmiggiani ou Ils devenaient tous des ombres de Laurent Delaire. La technique, la répartition, la scénographie, le matériel varient mais le résultat est le même : seule la trace reste, qu’il s’agisse d’un objet, d’une personne ou d’un instant de vie, le temps a tout effacé sauf sa trace. Se dégagent alors de ces deux œuvres, une poétique et une symbolique.




« L'artiste a développé une poétique très personnelle transitant par des peintures, des sculptures et des installations singulières. Le rapport que l'œuvre entretient avec la mémoire y est souvent traité » - Pinault Collection


Les deux plasticiens questionnent le regardeur sur des sujets intimes et romanesques. Utilisant tous deux des matériaux singuliers, Laurent Delaire frotte l’objet sur du papier de soie alors que Claudio Parmiggiani remplit l’espace autour de celui-ci avec de la fumée, de la cendre ou de la poussière, leurs créations sont d’une profonde humanité et s’articulent autour d’images, de souvenirs ou de lieux chargés d’une densité émotionnelle.



 


Glossaire


Arte povera : Mouvement artistique italien qui émerge dans les années 1960 en vue de contester la société de consommation. Cette forme d’art privilégie l’utilisation de matériaux pauvres tels que des matériaux naturels ou de récupération.

Négatif : Technique qui travaille l’espace entre et autour du sujet principal pour le faire ressortir. A contrario, le positif consiste à ne travailler que le sujet principal.

Empreinte : Trace laissée par un objet ou une personne sous l’action du poids, d’un déplacement ou d’un frottage.



Sources


Artistes & associés | Claudio Parmiggiani

Centre européen d'actions artistiques contemporaines | Claudio Parmiggiani

Larousse | Claudio Parmiggiani

Mamco | Claudio Parmiggiani

Pinault Collection | Claudio Parmiggiani