• CAMPREDON centre d'art

Pierrette Bloch : l'influence d'une des artistes féminines les plus renommées de l'Après-guerre

Dernière mise à jour : 6 sept.

LAURENT DELAIRE

Exposition « Ces blancs que je creuse » du 2 juillet au 2 octobre 2022




Pour cette première édition, nous nous consacrons aux références de Laurent Delaire, ou comme il aime les appeler, son héritage. Par la technique de la réserve, du frottage, de l’effacement, il fait resurgir la lumière qui est le thème principal de ses œuvres. Egalement, il invite le spectateur à voir et vivre le monde autrement, mais aussi se questionner sur l’absence, le vide, les creux.




Aperçu de l'exposition « Laurent Delaire, Ces blancs que je creuse » au centre d'art Campredon du 2 juillet au 2 octobre 2022



Pierrette Bloch | 1928-2017


Pierrette Bloch est une artiste plasticienne évoluant entre l’abstraction, apparaissant au début du XXe et le minimaliste des années 1960. Dans ses œuvres, elle vient combiner l’abstrait avec le minimalisme.



Cette artiste franco-suisse née en 1928, fuit la France occupée et se réfugie en Suisse avec sa famille en 1940. Là-bas, elle s’intéresse à l’art et se plonge dans la littérature, qui devient pour elle, une source d’inspiration fondamentale. Aussi, elle assiste à des conférences d’histoire de l’art qui la conduiront à s’interroger sur les relations entre le dessin, le temps et l’écriture. C’est à la fin de la guerre qu’elle revient à Paris où elle commencera alors la peinture. Elle y fait la connaissance de nombreux artistes qui auront un impact sur son parcours artistique comme Colette et Pierre Soulages, Nicolas de Staël (1914-1955), Henri Goet (1909-1989) et Jean Souverbie (1891-1981). Egalement, elle participe à de nombreux salons d’exposition comme le Salon des Réalités Nouvelles en 1950, dédié à l’abstrait et est exposée en particulier en France et aux Etats-Unis.



« Elle crée son propre langage à partir de collages, d’encre de Chine sur papier, de plaques d’Isorel, de cordages et de crin de cheval. Formel, minimaliste mais tout en nuances, il repose sur des points, des lignes et des traits » - Galerie Karsten Greve.


Pierrette Bloch est l'une des influences majeures de Laurent Delaire. Ses œuvres jouent sur le rythme et l’opposition entre les pleins et les vides qui font échos au travail d’écriture asémique du plasticien. Pendant une dizaine d'années, elle peint des taches d'encre sur des rouleaux de plusieurs mètres. De même, Laurent Delaire met cinq ans à créer Scripsi, composé de centaines de mètres carrés de papier, couverts d'écritures asémiques, expérience d'attention et de vigilance qui, par certains aspects, peut faire penser à la méditation. Ce rapport au temps et au mouvement formant l’écriture font lien entre les œuvres des deux artistes, les obligeant à la persévérance et exigeant une grande patience.



Scripsi, Laurent Delaire



Des points, des lignes, des courbes… écrites sur papier témoignent d’un rythme et d’une régularité du mouvement. Là on peut sans doute voir une parenté entre le travail de Laurent Delaire et celui de Pierrette Bloch. Cette similitude provient d’une attention particulière au geste, impliquant silence, concentration, canalisation, rigueur et constance du mouvement. Aussi, la particularité d’une économie de moyens rapproche Pierrette Bloch et Laurent Delaire dans leur technique, l'un comme l'autre n’utilisant que du papier comme support et des outils de calligraphie.



« Le geste spontané de l’artiste demeure le fondement de tout : il en découle toujours de nouvelles séries et expériences sur les matériaux » - Galerie Karsten Greve.


En conclusion, cette répétition des gestes et des formes est un procédé que l’on retrouve dans la technique de Laurent Delaire. Cette pratique de l’écriture qui ne veut rien dire s’accomplit et trouve son sens dans la continuité et la durée du geste.



 


Glossaire


Abstraction : Le mouvement abstrait, contrairement au réalisme, évite de mimer ou de reproduire le réel. Il se place en rupture avec les sujets et les objets que l’on retrouve dans le monde réel.

Minimalisme : Cette pratique artistique fait écho à la maxime de Ludwig Mies van der Rohe (directeur entre 1930-1933 du Bauhaus) : « less is more », dont la traduction française est « moins c’est plus », autrement dit, la simplicité est privilégiée à la complexité.

Salon des Réalités Nouvelles : Ce salon a lieu tous les ans depuis 1946 à Paris. Il se donne pour objectif la promotion de l'art abstrait. Le nom de « Réalités Nouvelles » vient du poète Guillaume Apollinaire en 1912 pour désigner l'abstraction comme la forme exprimant le mieux la Réalité Moderne.

Ecriture asémique : Ecriture dénuée de sens (asémantique), de signifié, et qui par conséquent laisse au regardeur une totale liberté d'interprétation.



Sources


Archives of Women Artists Research and Exhibition | Pierrette Bloch

Centre Pompidou | Artiste/Personnalité | Pierrette Bloch

CNAP | Pierrette Bloch - Quelques traits...

Galerie Karsten Greve | Pierrette Bloch

Galerie Karsten Greve | Talk on Pierrette Bloch